#Moimaime

Deux jeunes gens confrontés au cyber harcèlement se rencontrent et se révèlent dans leur quête de dignité. Peuplée des figures du monde virtuels, followers,et autres haters, la pièce s’intéresse aux dérives que produisent les réseaux sociaux : culte de l’image, complotisme, fake news… 

 

Spectacle Mardi 16 février › Mercredi 17 février 2021
Spectacle Mardi 16 février › Mercredi 17 février 2021

#Moimaime

Image
© Laurence Barjini

Laure de préférence, utilisatrice active et enthousiaste des réseaux sociaux, est victime d’un cyber harcèlement à cause d’un revenge porn de son ex petit ami. Le Groom perspicace, soucieux de son anonymat, subit dans la vie réelle le contre-coup de son coming out sur la toile. Aidés par des chœurs issus du monde virtuel, ces deux jeunes gens nous racontent leur histoire et leur rencontre. Followers et haters participent chacun.e à leur façon du récit en cours. Les liens que nos personnages ont réussi à établir grâce à la toile confirment une identité plus forte que l’image détournée qui aurait pu les détruire.

La création a été alimentée par le matériau amené par les jeunes au cours des improvisations et par le récit de leurs expériences.

 

Texte de Miguel Angel Sevilla en collaboration avec les comédiens du Laboratoire à Théâtre

Nathalie Sevilla, directrice artistique et metteure en scène

Pierre Boucher, assistant à la mise en scène

Julien Caillerez, second assistant mise en scène

Vincent d’Augerot, création vidéo.

Inès Guilbert, chorégraphie

Emilie Nguyen, création lumières

Théo Migeon, composition musicale et guitare

 

Avec :

Leïla Bennane, Julien Caillierez, Dyana Dufrène, Aya Elmir, O’Neal Hue, Claire Lecat, Christian Mbayas, Constance Michaut, Marvin Montout, Arnaud Ndi, Félix Pawlowski, Mariama Sambou, Fati Sambou, Léa Squarcio, Yasmine Gouvier-Segrouchni, Vanessa Zami

 

 

Les participant·e·s :

17 jeunes entre 15 et 25 ans - tous habitants du 14e arrondissement et plus précisément du quartier de la Porte de Vanves - quartier prioritaire - usagers du Centre socioculturel Maurice Noguès. Des classes de seconde du lycée François Villon ont contribué par leur apports - au cours de séances de sensibilisation et d’improvisations sur la thématique de la création - à la réalisation de ce projet.

Partenaire(s)