Mairie de Paris

Version mal-voyants

L
M
M
J
V
S
D
0102
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
1415
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

mercredi 12 décembre

à 14h30

AMATEUR? OUI? ET ALORS?

Amateur ? Oui. Et Alors ? Avec cette question et ce cycle de rencontres, la Maison des Pratiques Artistiques Amateurs propose d’interroger collectivement la légitimité de l’artiste amateur. Légitimité de l’amateur face au professionnel. Place des pratiques dans les politiques culturelles. Et enfin, légitimité du mot lui-même au regard des réalités multiples et des mutations culturelles, sociales et sociétales.

Le mot amateur stigmatise, oppose, inquiète, alors que son étymologie-même invite au rassemblement humain et nécessaire. Peut-on encore utiliser ce mot ? Doit-on le réinvestir ou le remplacer ? Nulle réponse a priori. Durant ces deux premières années de rencontres, la maison bien nommée pour se prêter au jeu suscite la confrontation des idées et de la réalité et invite largement à la contribution de celles et ceux qui créent, pratiquent, pensent et permettent les pratiques artistiques et culturelles.


Amateur ? Oui. Et alors ?

RENCONTRE #3

Transmission et pratique artistique : quels modèles ?

La pratique artistique est intrinsèquement liée à la transmission. Transmission des modèles, partage du goût, du désir, transmission de techniques et d’appréhensions, de savoir-faires, de reproductions. Les pratiques artistiques et culturelles sont une composante de l’enseignement général. Si leur légitimité à ce titre est plutôt admise, il n’en est pas de même pour le comment et le pourquoi de leur mise en œuvre.

En France, la transmission aux plus jeunes repose essentiellement sur deux modèles : l’enseignement artistique relevant de la pratique amateur et dispensé par les écoles de musique ou conservatoires et les associations, majoritairement en dehors du temps scolaire ; et l’Education Artistique et Culturelle (EAC) qui se développe sur le temps scolaire et périscolaire, associant culture et Education Nationale et reposant sur trois phases d’un parcours : la fréquentation des œuvres et des artistes, la pratique, l’acquisition de connaissance et le retour d’expérience.

Ces deux façons d’introduire la pratique artistique tentent de dialoguer et cette rencontre a pour objet d’élaborer une réflexion commune sur toutes les facettes qui constituent leur mise en œuvre.

En partenariat avec le Bureau des Enseignements Artistiques et de la Pratique Amateur / DAC de Paris. Avec le soutien de la DRAC Ile de France.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


14h30-16h
OUVERTURE –

Regards croisés sur l’histoire et la mise en œuvre de l’éducation artistique et culturelle : parole institutionnelle, le point de vue d’un•e artiste, la réforme des conservatoires, le projet d’Education Artistique et Culturelle de la ville de Cannes. C’est à travers un rappel du contexte et la présentation de cas concrets que nous entrerons en réflexion.


> Entrée libre sur réservation
01 85 53 02 10 | reservation@mpaa.fr
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



photo : Virginie Kahn




16h30-18H
ATELIERS DE COGITATION COLLECTIVE –
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

1/ Le binôme enseignant•e-artiste : quelle complémentarité ?

• Myriam Cassan, Responsable des projets théâtre à la MGI – Maison du Geste et de l’Image • Hélène Batistella, enseignante et Chantal Petillot, comédienne et metteuse en scène
• Elèves de 3ème et jeunes issus d’une option théâtre et cinéma

L’histoire du couple éducation/culture montre combien la mise en œuvre d’actions d’éducation artistique dans

les établissements scolaires est complexe et nécessite un véritable partenariat entre artistes et enseignant•e•s. En s’appuyant sur des témoignages, il est intéressant de s’interroger sur les conditions de mise en place de ce tandem et ce que les expériences traversées déplacent dans les trajectoires des enseignant•e•s, des artistes et des élèves.


2/ L’accès à l’œuvre : devenir spectateur•trice, ça s’apprend

• Florence Chantriaux et Jean-Noël Bruguière, association Allons Prendre l’Art • Emilie Bougouin, directrice du CRTH – Centre Recherche Théâtre Handicap

Pour un public non éclairé, l’approche est-elle similaire pour une pièce de théâtre, un concert, un spectacle de danse ou une performance de cirque ? Le texte est-il un gage de compréhension du propos ou le geste propose-t-il une interprétation plus immédiate ? Même si chacun•e d’entre nous a sa propre perception et sensibilité artistique, pour toute personne, sans exception, devenir spectateur•trice ça s’apprend...


3/ Interaction entre pratiques artistiques et éducation : des modèles alternatifs

• Benjamin Dubreuil, Responsable national du pôle culture des Ceméa - Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active • Elsa Roque, administratrice / Anna Pouzoullic, chargée de mission, porteurs de projets Orchestre à l’Ecole

Pour que la culture prenne une place nouvelle et entière au sein de l’éducation, nombreux sont les projets pour lesquels conception artistique rime avec système pédagogique. Il est enrichissant de s’intéresser à ces pratiques alternatives et à travers la présentation de cas concrets, de réfléchir à leurs fondements et objectifs et envisager un nouveau modèle idéal...


4/ Apprentissage et pratique : imaginer des passerelles

• Frédérique Pipolo, inspectrice de l’Education Nationale
• Emmanuel Oriol, directeur du CMA20 – Conservatoire Municipal du 20ème arrondissement

En s’appuyant sur le cas concret des conservatoires, il s’agira d’identifier les relations qui se nouent entre l’enseignement, les pratiques en temps scolaire et le périscolaire. En plaçant l’enfant-l’élève-l’étudiant•e-l’amateur•e au cœur de la réflexion, la question de l’articulation du parcours et des passerelles sur le long terme se pose de manière concrète.


5/ Elaboration collective et territoriale d’un projet artistique et culturel

• Christophe Beauregard, photographe
• Armelle Nouis, proviseure de la cité scolaire Hélène Boucher (Paris 12)
• Christophe Bennet, Directeur des Affaires Culturelles de la ville de Cergy

Les clés d’un projet d’Education Artistique et Culturelle résident dans l’approche partenariale du projet : réflexion et construction communes, partage d’enjeux, coordination... Un processus qui met en perspective les attentes et objectifs de chaque parties prenantes.


6/ Projets d’éducation : qui est l’artiste intervenant•e ?

• Adrian Sinclair, artiste et co-directeur de Heads Together Productions/Chapel FM/Leeds • Katérina Flora, responsable de formation du Plus Petit Cirque du Monde
• Dominique Rebaud, danseuse, chorégraphe de la compagnie Camargo, enseignante

L’artiste doit-il•elle être formé•e ? Quelle est l’offre de formation ? Comment les artistes sont-ils « choisi•e•s » pour mener des projets dans le cadre du programme d’Education Artistique et Culturelle ? Leur rôle est primordial pour répondre aux enjeux majeurs nécessaires à la réussite et la mise en œuvre d’un projet, notamment la relation forte avec un territoire donné.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19-20h30
MISE EN PARTAGE –

Mise en commun des échanges et travaux réalisés, réflexion sur les modalités d’évaluation des projets d’Education Artistique et Culturelle. Rencontre et présentation du petit Colossal Théâtre.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20H30
MOMENT DE CONVIVIALITE

Poursuite des échanges de manière informelle et concert des jeunes musiciens de Cheshire, groupe des Jeunesses Musicales de France.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .